1 – Analyser

Constats

Les apports des médias sociaux en lien avec la gestion des risques ont été avérés dès 2007 à l’échelle internationale (durant les attentats de Charleston en 2007, aux USA, la localisation du tueur ayant été facilitée grâce aux tweets envoyés par les personnes situées dans la salle de cours). Dans le domaine des risques naturels, les usages ont véritablement émergé à la suite du tremblement de terre d’Haïti (12 janvier 2010 à 16h53, heure locale). En France, 2014 est une année charnière (Douvinet et al., 2015), avec un usage important lors des inondations du 18-19 janvier 2014 à La-Londe-Les- Maures et lors du tremblement de terre du 7 avril 2014 survenu dans les Alpes. Depuis, ces pratiques n’ont cessé de se généraliser (lors des crues rapides de l’automne 2014 et celles de 2015, 2017 et 2018).  En mai  2015,  plusieurs Services Départementaux  d’Incendie  et  de  Secours (SDIS) ont signé des conventions  partenariales  avec l’association #VISOV (Volontaires Internationaux en Soutien Opérationnel Virtuel) pour bénéficier d’une veille active sur les RSN en cas d’évènements (VISOV, 2015).

Besoins et questions posées

L’usage des médias sociaux pour gérer des risques naturels soulève des questions d’ordre scientifique, méthodologique, technique et juridique. Ce questionnement est souvent masqué par les perspectives techniques et les impacts communicationnels qu’ils engendrent (Douvinet et al., 2014; Kouadio et al., 2015). Cette action 1 a donc pour objectif de mesurer la pertinence et l’opérationnalité de ces systèmes persuasifs (durant les périodes de mise  en  vigilance  et  d’alerte),  de mieux circonscrire  le  champ  d’action  (protection  des  données  de localisation) et d’étudier la manière dont il faudrait intégrer les aspects cognitifs (rapport de l’usager aux téléphones). Dans une optique opérationnelle, des recommandations seront proposées aux acteurs et aux citoyens qui souhaitent utiliser ces outils sans risquer des poursuites pénales ou éviter des réactions « inappropriées ». Au final, cette action 1 vise à dresser un état des lieux des pratiques, et cherche à voir si les usages ne confirment pas un « manque » dans les politiques préventives.

Méthodes mises en place

L’état des lieux a été réalisé en faisant une synthèse des publications associées à la pratique des médias sociaux dans le monde et en utilisant différents retours d’expérience en France, de façon à mettre à jour les apports, les limites et les évolutions à attendre à l’avenir. Les applications smartphone et les réseaux sociaux numériques ont été étudiés de façon détaillée et séparée, pour gagner en lisibilité. Les premiers retours issus de quelques entretiens avec des acteurs de la gestion des risques font la transition avec l’action 2 (Évaluer).

Synthèse des résultats obtenus

D’un côté, les applications smartphones sont foisonnantes depuis 2013 en France (figure 1), et ces solutions pourraient venir en complément des outils d’alerte et de gestion institutionnels car elles offrent la possibilité aux utilisateurs de propager des informations, d’être alerté dans un endroit qui est en instance de subir un désastre (donc d’être potentiellement plus réactif si le danger est  à proximité), ou de communiquer avec les services de secours. Les applications peuvent accroître la responsabilisation durant l’alerte (faisant écho à la loi de modernisation  de la sécurité civile de 2004). Néanmoins, ces solutions sont sujettes à certains problèmes  techniques, et elles peuvent devenir hors d’usage si les réseaux internet sont de mauvaise qualité ou totalement coupés ou saturés. Rares sont les applications qui alertent lorsque le téléphone est éteint ou déchargé. Ainsi, le potentiel des applications est considérable (75% de la population a un smartphone en 2016), mais il ne doit pas être surestimé.

Figure 1. Exemple d’applications dédiées aux risques naturels en France © Douvinet, 2018 (attention, l’application SAIP© a été supprimée le 28 mai 2018)

Le fossé se creuse toutefois entre les demandes des populations, qui veulent des applications urgentistes opérationnelles mais qui ne connaissent pas leur existence, et les autorités, qui ont dû mal à les utiliser et qui considèrent « maîtriser » la situation en cours. Les applications créées et non utilisées seront occultées ou disparaîtront, et c’est la crainte que l’on peut avoir pour la majorité d’entre elles. Il est donc nécessaire de développer des solutions adaptées aux besoins pour renforcer les capacités d’action individuelle et soutenir de réelles pratiques sociales et collectives. A ce titre, il faut saisir l’opportunité offerte par la téléphonie mobile, qui est l’une des pistes plébiscitées pour réduire les pertes humaines (Aloudat et al., 2014). Il apparaît aussi que la notification «push» est la solution la plus efficace : le message est reçu par l’utilisateur, même si l’application est en veille (Charland et Leroux, 2011), et son utilisation ne dépend pas, au préalable, de la collecte des numéros de téléphone. Les individus n’ont ainsi pas besoin de télécharger une application spécifique ou dédiée à la thématique du risque, dont ils ne verraient l’intérêt qu’en cas de crise ou de risque avéré. A condition toutefois que les utilisateurs autorisent l’accès aux données de géolocalisation. Les contraintes liées au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), approuvé le 26 mars 2018 en France (norme européenne), ajoutent un niveau de complexité supplémentaire.

D’un autre côté, entre des gestionnaires qui coordonnent des opérations d’alerte et de secours des populations à distance (sans contact physique avec le terrain), et des populations en prise avec l’événement mais sans compréhension systémique (figure 2), il est tout à fait normal que des divergences existent. Ces différences de points de vue se retrouvent aujourd’hui au premier plan quand on évoque les Réseaux Sociaux Numériques (RSN). Durant l’alerte, la crédibilité de la source du message est déterminante, et la communauté a tendance à devenir même plus crédible que les autorités et les médias traditionnels (par manque de réactivité ou par manque d’adaptation au langage qu’elle diffuse). Facebook© bénéficie d’ailleurs d’un taux de confiance supérieur aux autres sites (Bird et al., 2012). Dès lors, il semble nécessaire de se saisir de tels outils (malgré quelques réserves), car les échanges entre individus et les discussions vont vite, pouvant générer des rumeurs, des confusions, ou de la réactance face à des moyens moins souples et moins dynamiques tels que les outils de l’alerte institutionnelle (les sirènes, les automates d’appel de masse ou les mégaphones par exemple).

Figure 2. Un exemple d’informations géo-localisées et collectées sur les Réseaux Sociaux Numériques : chaque point représente une information validée par le centre de secours © Douvinet et al., 2017

Il ne faut pas non plus percevoir les RSN comme « une fin en soi » : la réalité sociale et les pratiques qu’ils recouvrent doivent être pris en compte, tout comme les aspects contextuels, culturels, cognitifs ou territoriaux. Être actif sur un RSN nécessite d’avoir une grande réactivité dans la reprise d’informations : un rythme de publications insuffisants va se traduire par une faible audience et une faible portée des messages (avec un effet «babillage»), alors qu’une activité élevée aura plus d’impacts (effet « boule de neige » pour une audience réduite et effet « géant » quand le compte est suivi par un grand nombre. Cependant, il est utopique d’être « partout en même temps et sur tous les canaux ». En 2019, les jeunes de 16-18 ans n’utilisent plus (ou peu) Facebook, préfèrent Instagram ou SnapChat. Les inégalités d’accès aux RSN ne doivent pas non plus être occultées (Vodoz et al., 2005 ; Brotcorne et Valenduc, 2009). A la fracture spatiale, induite par les différences dans la couverture dans la téléphonie mobile et internet haut débit, s’ajoute ainsi une fracture en termes d’usage (Aschieri et Popelin, 2017). On évalue à 15% le nombre de personnes étant en difficulté face aux usages du numérique en France (en 2017) et l’origine de ces difficultés est sociale puis générationnelle. En cas d’alerte, le nombre de personnes prêtes à utiliser les RSN est par ailleurs faible : en lien avec le protocole déjà présenté (figure 3), sur 1 223 personnes interrogées, 54% (661 personnes) déclarent se connecter sur un RSN une fois par jour, mais 4% seulement iraient chercher de l’information sur un tel canal en cas d’alerte.

ERREUR

Mais les RSN ont induit des irréversibles changements de paradigme dans l’information et la gestion des risques. Au final, il faut donc les intégrer avec une grande souplesse, ne serait-ce que pour tenir compte de leur viralité et de leur grande dextérité.

Livrables produits

  1. Un Guide Blanc sur les pratiques du numérique face aux risques naturels en France, 65 p.
  2. Un protocole d’entretien pour interroger les acteurs sur leurs usages du numérique (2 pages)
  3. La liste des 42 acteurs opérationnels interrogés en 2018


Citer ce billet
Co-Restart (2022, 19 janvier). 1 – Analyser. Co-RESTART. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n4sa

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search