2 – Évaluer

Constats

Alors que l’action 1 a permis de souligner les avantages et les limites des médias sociaux dans la gestion des risques naturels en France, l’action 2 a pour but de mieux évaluer la pratique  et les attentes des acteurs intervenant dans la gestion des risques à l’échelle du Massif Alpin, afin de dépasser une lecture binaire qui consiste souvent à opposer les avantages aux limites des médias sociaux (Martin et Demontis, 2015 ; Douvinet et al., 2017). L’un des prérequis à l’usage des médias sociaux dans ces territoires est de disposer d’une couverture réseau (téléphonie, électricité) constante et de bonne qualité pour attendre un réel usage des médias sociaux. Or, si le Plan France Très Haut Débit lancé en 2013 vise un objectif de couverture à Très Haut Débit pour l’ensemble du territoire national en 2022, un rapport (De la Raudière et Bothorel, 2017) souligne l’urgence à parvenir déjà à une couverture 2G irréprochable partout en France. Le déploiement d’un réseau de qualité dans les territoires de montagne est non prioritaire car jugé peu rentable pour les opérateurs. De surcroit, le changement climatique, qui se traduit par des évolutions en termes d’enneigement ou de pluies par exemple (Ravanel, et al., 2018), oblige à reconsidérer les approches classiques, et à envisager aussi bien des réponses innovantes face à l’imprévisible qu’un profond changement de paradigme.

Besoins / Questions posées

L’idée est de voir si les MS peuvent être l’occasion de gérer différemment les risques naturels, au titre d’un processus d’appropriation sous-tendu par les innovations sociales, et de savoir si les médias sociaux sont une menace ou une opportunité dans ces espaces. L’usage des MS à l’échelle individuelle semble varier en fonction des temporalités de l’événement en cours. Des personnes non touchées peuvent aussi relayer des messages inadéquats en temps réel, par manque ou par besoin d’informations. La viralité des vecteurs d’information renvoie à des niveaux d’informations différents et ils induisent inévitablement de la confusion. Les médias non spécialisés sur les risques naturels contribuent aussi à brouiller les messages pertinents. Le manque de prise en considération des biais cognitifs pourrait aussi conduire à négliger la réception de l’information par les publics concernés, notamment lorsque la peur ou le stress viennent amoindrir les capacités d’analyse des messages (Gisclard, 2017).

Méthodes mises en place

Des entretiens semi-directifs, menés sur le lieu de travail des personnes (ou à proximité), ont duré entre 45 minutes et 2h30, avec une moyenne d’1h15 environ. 42 acteurs (F= 11 ; H= 31) ayant des échelles d’intervention variables ont été interrogés (figure 1). Cette démarche visait à obtenir des retours variables à travers les échelles (commune, syndicat de bassin, élus, services départementaux de secours) et selon les particularités locales (commune rurale vs. urbaine par exemple). Une analyse qualitative des discours a ensuite été priorisée pour obtenir davantage d’informations sur les représentations et les attitudes des acteurs interrogés. Un guide d’entretien harmonisé a été prédéfini puis déployé de mars à juillet 2018. Les personnes interrogées ont été « cadrées » dans un format thématique donné et cette méthode permet une meilleure comparaison des discours, tout en laissant une latitude dans l’expression des interviewés. Le guide d’entretien aborde 3 thématiques : la communication entre la population et les gestionnaires, les cadres organisationnels de la gestion des risques sur les territoires et les médias sociaux. Un travail de sériation des ressemblances et des différences dans les discours a ensuite été réalisé, et nous avons opté pour un protocole spécifique, à défaut d’utiliser des solutions logicielles de type NVivo© qui ne font pas consensus.

Figure 1. Liste des 42 acteurs interrogés selon leur échelle d’intervention

Synthèse des résultats obtenus

Pour la majorité des acteurs interrogés (30 sur 42), l’apport des MS est bien une réalité : selon un acteur du PGHM, « l’ignorer serait même une erreur ». La pratique semble « inéluctable » et « c’est l’avenir, tout simplement » (selon des membres de SDIS). Pour les plus optimistes, les MS s’imposent comme une évidence car les informations qu’ils y trouvent pourraient leur permettre d’adapter une réponse bien plus opérationnelle (pour les services de secours et de sécurité civile), et de compléter la chaîne d’informations. En permettant un contact rapproché avec les victimes ou les personnes touchées, les MS allouent une certaine « immédiateté [qui] favorise la facilité dans la transmission ». Sans être nécessairement utilisateurs des MS à titre personnel, nombre d’acteurs reconnaissent qu’ils correspondent bien à leurs attentes dans la gestion des risques naturels : « c’est une évolution, alors je ne sais pas si elle est bonne ou pas bonne, mais elle montre que l’opération a besoin de s’appuyer sur ce relais-là » (selon un sapeur-pompier). De manière spécifique, 23 personnes affirment connaître les MSGU (Médias Sociaux en Gestion d’Urgence), et ils sont unanimes pour souligner l’importance et l’intérêt de ce type d’association fondée sur du bénévolat (Douvinet et al., 2017) : « aujourd’hui, on ne peut pas faire l’impasse de la puissance de cet outil-là et de la viralité qu’il propose ».

Les acteurs voient aussi dans les MS une « chaîne de partage » qui autorise une évolutivité quasiment en temps réel, au contraire des modes actuels de fonctionnement en cas de gestion de crise. Comme le note un élu, le « Safety Check » de Facebook apparu avec les attaques terroristes de novembre 2015 marche très bien et son usage a été rapidement adopté. Dès lors, cette souplesse allouée par les MS permet de s’adapter à des évènements à cinétique rapide tels que les laves torrentielles ou les brusques changements météorologiques propres aux massifs à fort relief. « Ça permet de véhiculer rapidement des images, des photos sur un état d’alerte par rapport à la neige, à l’eau ou au vent, ça nous permet de toucher rapidement » rapporte une chargée de mission. Dans le cas du Pas de l’Ours, parce que la cinétique du phénomène est incertaine, « en cas de crise, effectivement, si ça lâche, je pense que ça peut être intéressant comme dispositif » (selon l’office de tourisme du Queyras).

Ces éléments ont permis d’aboutir à une schématisation des bénéfices identifiés (figure 2).

Figure 2. Les avantages des MS perçus par les acteurs interrogés.

En revanche, en l’absence de cadrage clair des autorités, la mobilisation des acteurs varie selon les territoires et les instances concernées.
Dans les communes enquêtées, les élus ne perçoivent pas la plus-value des médias sociaux, arguant d’une mauvaise qualité du réseau de télécommunication, d’une population vieillissante ou d’un manque d’intérêt personnel. En revanche, la proximité sociale revendiquée leur alloue une forme d’autonomie vis-à-vis des institutions : « ça se passe comme ça, en famille un peu. Et c’est là où on est le plus efficace parce que si on attendait la réaction de la préfecture, on perdrait beaucoup de temps, hein ! ».

Un postulat de départ se confirme : la qualité de la couverture réseau est une préoccupation constante pour la plupart des interlocuteurs. Outre le fait qu’il faille séparer la data du téléphone, il y a de grandes variabilités entre les territoires : « c’est sûr qu’il y a deux mondes et que ça renvoie quand même à la ruralité et au citadin. Et il y a une chose qui est clair, les sites de pratique alpine ne sont pas des sites de résidence pour les Hautes-Alpes, ce qui est très différent de Chamonix ». Ces iniquités entre territoires sont vécues comme des punitions pour les élus concernés. De surcroit, même là où le réseau est de bonne qualité, l’affluence touristique peut conduire à la saturation : « oui, ça tombe, c’est mathématique. Il y a de la couverture réseau qui est faite pour une charge courante ou même un peu élevée mais dès qu’on commence à monter en puissance, on peut mettre à plat le truc ». La radio reste encore un canal privilégié aussi bien par les secours, la sécurité civile mais également par les guides de haute-montagne.


La dimension équivoque des vigilances météorologiques et les interprétations peu évidentes quant aux comportements à adopter ont régulièrement été relevées par la littérature (Vinet, 2007 ; Daupras, 2015). Cette étude renforce ces constats tout en pointant la particularité des bulletins d’estimation des risques d’avalanche (BERA). La gradation du danger reste difficile à appréhender par les individus : « lorsqu’on est à 5, les gens n’y vont pas, 4 non plus, mais dès que c’est à 3, on y va, ça ne craint rien (…) comme on est au milieu de l’échelle, quelque part, on ne craint rien ». Cette part d’incertitude varie dans le temps et dans l’espace : « la difficulté c’est que c’est pas la même géographie, il y en a un qui est à 200 m d’altitude et l’autre qui est à 1200, donc c’est compliqué ». Cette variation du relief ou de l’exposition des pentes nécessite une connaissance fine du terrain, or pour la plupart des individus, toutes les vigilances météorologiques se résument souvent de façon binaire à : « y aller ou pas ».

La question de la responsabilité émerge aussi au sein des services de secours : « c’est délicat, on ne peut pas foncer tête baissée dès qu’il y a un tweet qui remonte de quelqu’un qui serait en difficulté dans tel secteur et en même temps, est-ce qu’on peut l’ignorer ? » (selon un membre du SDIS-74). Les appels d’urgence doivent passer par les numéros officiels pour avoir « le même traitement de l’appel, quel que soit le moyen et le mode qui est transmis » (toujours selon ce sapeur-pompier du SDIS-74). Mais les exemples de demandes de secours faites directement sur les MS deviennent nombreux (Martin et Demontis, 2015 ; Douvinet et al., 2017) et les acteurs interrogés ont conscience de ce dilemme : « on a eu des exemples, et c’est pas réglé aujourd’hui, de demandes de secours faites directement sur les réseaux et qui ne sont pas rebouclées par un appel 18. Pour eux [les gens], la demande était faite ». Faute de jurisprudence sur le sujet, le législateur n’a pas encore tranché cette question, ce qui constitue, à terme, un risque évident et dont ont conscience les acteurs de secours.

Figure 3. Les limites et les craintes sur les MS perçus par les acteurs interrogés.

Par ailleurs, de nombreux acteurs mettent en garde sur les moyens tant financiers qu’humains qu’implique l’usage des MS et pour lesquels le retour sur investissement n’est pas immédiat : « cela mobilise presque quelqu’un à regarder cela en permanence  (…) et je vais être provocateur mais, pour 99% des cas au quotidien, pour rien » (selon un directeur de SDIS). Les réticences s’expriment autour du manque de maîtrise sur ces outils : « le risque des réseaux sociaux c’est qu’on va vers l’emballement et qu’ils ne sont pas modérés » et leur corrolaire, le développement des rumeurs. Ils ont conscience que le fonctionnement des MS vient à l’encontre d’une communication institutionnelle top-down et « qu’on a tendance à confondre information et communication ». Or « les populations sont en attente d’informations ». Le pouvoir d’entraînement des images ou des vidéos vers des dérives sont dénoncées : 7 personnes ont notamment évoqué le cas du sportif professionnel Kilian Jornet dont les vidéos virales (plus de 240 000 vues sur Youtube) de son ascension du Mont-Blanc en tenue légère viennent en totale contradiction avec les messages de prévention et banalisent le risque encouru. La puissance de l’image est paradoxale : elle peut être un atout « maintenant, on le voit, les jeunes, les moins jeunes, tout marche avec une vidéo » mais aussi un inconvénient, parce que le contexte est gommé « il faut que ce soit dit clairement, c’est valable tel jour sur tel massif (…) après le risque c’est pas le même et parfois d’un jour sur l’autre ».

Livrables produits

  • Guide d’entretien harmonisé auprès des acteurs interrogés (42)
  • Protocole d’enquête (10 questions) pour interroger les personnes présentes dans les territoires d’expérimentation (enquête de mi-janvier à fin avril)
  • Traitements statistiques des réponses obtenus par la population

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Co-Restart (19 janvier 2022). 2 – Évaluer. Co-RESTART. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n4sb


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search