Projet

Objectifs visés par le projet Co-Restart

Afin d’améliorer la résilience des territoires alpins face aux risques naturels et ce, dans un contexte de changement climatique, le projet Co-RESTART vise plusieurs objectifs imbriqués :

  • Mieux prendre en compte les spécificités locales des terrains de montagne (en termes de vulnérabilités et de capacités mais aussi de relation au territoire) et des populations qui y vivent (classées selon leur rapport/connaissance du territoire, leur forme de peuplement à l’origine d’enjeux, d’intérêts, de priorités, de facteurs de motivation collective différenciés) pour les accompagner dans la dynamique de co-construction des outils de prévention des risques naturels et dans l’élaboration de stratégies d’adaptation au changement climatique (selon une approche intégrative des risques sur le long terme);
  • Impliquer les acteurs du territoire dans la réalisation de diagnostics. Nous proposons en ce sens une recherche-action où l’acteur intervient à des degrés différents, dès la définition des problèmes ou dans l’opérationnalisation de la recherche suivant le projet ;
  • Envisager des approches alternatives pour concevoir des diagnostics partagés de territoires dans l’optique d’une gestion intégrée des risques, des outils d’expérimentation originaux et innovants, des dispositifs de communication mobilisant savoirs experts et expertises d’usage  et des outils de gestion adaptés aux territoires étudiés.

Les résultats obtenus dans le cadre de CoRESTART contribueront à reconnaître l’importance des savoirs émanant des experts d’usage, souvent négligés dans les approches de gouvernance du type “TOP-DOWN”, et reconnaissant un transfert nécessaire de l’information allant désormais aussi du bas vers le haut (“BOTTOM UP”). Les méthodes et les outils développés permettront de replacer le citoyen au cœur de sa propre sécurité et de sa prévention en expérimentant différents dispositifs (scènes théâtralisées, nouveaux protocoles, enquêtes) et en étudiant les conditions d’émergence de réseaux de vigilance type « sentinelles », adaptés aux particularités des territoires de montagne. Ces investigations méthodologiques, pensées pour répondre à une demande opérationnelle, aboutiront à des préconisations pour les collectivités et les communes partenaires, avec des plans d’action directement applicables et appropriés du fait d’une co-construction avec les acteurs locaux et la population. Une partie des résultats sera transférable sous la forme de Guides à destination d’autres collectivités et acteurs, notamment les Territoires Alpins de Gestion Intégrée des Risques Naturels (TAGIRN). Ces outils d’aide favoriseront la résilience de ces territoires, avec des stratégies de gestion des risques naturels intégrées aux dynamiques de développement territorial.

Un projet en réponse à des besoins sociétaux évidents

Malgré des efforts importants en matière de communication et de diffusion menés en France depuis le milieu des années 1980 (loi de 1987 suite à la catastrophe de Tchernobyl en 1986 et au problème de communication associé), les stratégies actuellement en place (Douvinet et al., 2013) pour informer sur les risques, sensibiliser le public au changement climatique et/ou à leur nécessaire adaptation (plaquettes d’information, schémas de communication, cartographie des risques, guide des comportements…) sont essentiellement “TOP-DOWN” (ou menés dans une approche régalienne) considérant les récipiendaires comme non-sachants et passifs. Elles ne sont pas non plus adaptées aux spécificités locales et n’ont que peu d’impact sur les populations : d’une personne à l’autre, d’un espace de vie à l’autre, d’une communauté sociale ou professionnelle à une autre, les attentes et les besoins ne sont pas les mêmes : tous les groupes de population ne sont pas sensibles aux mêmes outils de prévention ni aux mêmes messages, puisqu’ils ne sont pas animés par les mêmes priorités et contraintes quotidiennes à l’origine de leur vulnérabilité.

En parallèle, les supports d’information ont considérablement évolué : les guides papier des années 1990 ont progressivement laissé place aux outils web (internet) dans les années 2000, et aujourd’hui aux outils numériques qui prennent une part omniprésente au quotidien (téléphone mobile, réseaux sociaux numériques). Tous ne se les approprient pourtant pas ! Les outils participatifs de gestion des risques comme la Cartographie participative en 3 dimensions, expérimentée notamment dans le cadre d’un précédent projet POIA (2007-2013) en contexte alpin, et dans un contexte sud face aux risques volcaniques (projet européen 7ème PCRD MIA-VITA) ont montré toute la difficulté d’intégrer l’ensemble de la population à une scène participative incitée (Texier-Teixeira et al., 2014).

Intégrer, sensibiliser, responsabiliser ou mobiliser n’est donc pas si simple. La thématique des risques est anxiogène, contraignante et paradoxalement peu porteuse de dynamiques de territoires alors même qu’elle incite à innover pour faire face et s’adapter. Elle n’est pas prioritaire alors même que la réduction de la vulnérabilité ne peut pas être efficace sans une action visant à renforcer les moyens d’existence socio-économique et donc le développement local, qui lui apparaît souvent comme une priorité absolue pour la société civile et les acteurs institutionnels. Notre défi vise alors à répondre à une question simple : comment intégrer le risque dans une stratégie de développement durable ?

Les territoires du Massif des Alpes se démarquent aussi pour plusieurs raisons.

  • Ils sont généralement exposés à différents types d’aléas qui ont des temporalités, périodes de retour et conséquences sur les populations et infrastructures souvent très différentes. Ces aléas (crues torrentielles, glissement de terrain) présentent des caractéristiques (mode de fonctionnement, seuils de déclenchement) et des impacts spécifiques (dégâts, perturbations), mais aussi d’éventuelles interactions (effets dominos, phénomènes concomitants).
  • La topographie des territoires alpins favorise la concentration (l’exposition) des populations dans les vallées, et peut conduire parfois à leur isolement lors d’événements spécifiques, y compris au sein d’une même commune (exemple du tunnel fermé entre Grenoble et Gap ou des coupures de routes dans la vallée de la Clarée). Cette même topographie génère une vulnérabilité particulière due à une accessibilité très contrainte par le relief.
  • La population y est également spécifique : les effectifs sont très différenciés d’une saison à une autre (parfois doublés), en raison de la venue de touristes et de résidents secondaires.
  • Les territoires de montagne sont touchés par les effets du changement climatique, accélérés par les émissions croissantes de Gaz à Effet de Serre (GES). Traditionnellement orientés vers les activités agropastorales, ces territoires se sont désormais tournés vers l’activité touristique, qui est aujourd’hui au cœur de leur économie locale. Une telle activité est pourtant menacée par l’évolution des conditions météorologiques (surtout la baisse du manteau neigeux et le retard dans les précipitations neigeuses) qui retardent le début de la saison de ski (comme durant cet hiver 2015-2016); le dégel précoce peut en revanche raccourcir la période d’activité, tandis que le « recul » des glaciers et l’instabilité croissante des versants modifient les activités liées à l’alpinisme et augmentent les risques d’accident en montagne par exemple (figure 1).
Figure 1. Faible enneigement dans le Briançonnais, décembre 2015 © Crévolin, 2015

Ces évolutions engendrent la nécessité pour les territoires alpins et les acteurs institutionnels et socio-professionnels de s’adapter à de tels changements et de faire évoluer leurs activités touristiques et les outils de prévention à destination des usagers. Cette adaptation ne peut s’opérer sans s’interroger sur l’acceptabilité sociale des mesures envisagées ni même sur les spécificités des différents types de publics et leur sensibilité face aux vecteurs de communication, qui doivent correspondre à leurs réalités quotidiennes et aux priorités qu’ils ressentent, ainsi qu’à leur mode d’habiter et d’exploiter le territoire.

Un projet répondant également à des questionnements scientifiques

La 3ème Conférence Mondiale sur la réduction des risques de catastrophes s’est tenue à Sendai, du 14 au 18 mars 2015. Elle a abouti à une déclaration et à un cadre d’actions définissant 4 priorités :

  • Comprendre les risques de catastrophes ;
  • Renforcer la gouvernance de la gestion des risques ;
  • Investir dans la réduction des risques de catastrophes pour la résilience ;
  • Développer la préparation aux catastrophes pour une meilleure capacité de récupération.

Ce cadre incite les acteurs à une approche multi-aléas, fondée sur une prise de décision qui s’appuie sur une bonne connaissance des risques et sur le partage d’informations multiples (y compris les savoirs des populations locales). Il recommande également de développer l’information du public et des investisseurs privés et l’éducation pour une meilleure perception des risques, ces deux actions ayant pour objectif de réduire les vulnérabilités en tenant compte des spécificités locales. Le cadre d’action reconnaît par ailleurs la complémentarité des savoirs experts et des savoirs locaux, et il encourage très fortement l’innovation en matière d’évaluation des risques (autant des aléas que des vulnérabilités et capacités à faire face) et de sensibilisation pour relever le défi de l’adaptation au changement climatique dans une dynamique de développement sur le long terme.

Le concept de résilience des territoires est ainsi au cœur de l’action préventive et ses défis, et il constitue tout logiquement le cœur du projet, non pas dans sa définition matérialiste, liées aux notions de résistance et de reconstruction, mais dans son acception sociale et économique d’adaptation des sociétés face aux changements globaux (ce qui dépend à la fois des facteurs interagissant dans le processus de vulnérabilisation et des capacités à faire face aux événements), dans une dynamique systémique des territoires aux échelles emboîtées, sur lesquels interagissent société et environnement (Wisner et al., 1994, 2012 ; Provitolo, 2012 ; Reghezza et Rufat, 2015).

Pour appréhender les territoires, la résilience présente une portée heuristique qui permet de rentrer les tensions et contradictions dans la complexité (Serre, 2015). Lorsqu’il s’agit de risque ou de gestion de l’environnement, on arrive à saisir qu’une mesure de prévention des désastres à une échelle se traduit par un accroissement du risque à une autre échelle. La contradiction fait sens dans une lecture « panarchique » (qui systématise la pensée de rapports d’influences articulés à différentes échelles et qui expliquent l’irréductible imprévisible ; Gunderson et Holling, 2002) de la prévention des désastres (Rebotier et al., 2013).

Conceptuellement, la résilience des territoires au regard de la prévention des désastres amène à réfléchir à l’imperfection irréductible des politiques de prévention (Rebotier et Pigeon, en cours), la reconnaissance de cette imperfection, et les choix qui peuvent alors s’opérer (et qui concernent les échelles, les acteurs, les initiatives de prévention choisies, etc.). Une lecture par la résilience permet un « retour sur », et donc une réfléxivité qui ouvre à la responsabilité : être en mesure d’évaluer une action ou un dispositif de gestion des risques, d’en comprendre le sens et la portée collective, et d’être en mesure de mettre les choix futurs en partage : une ouverture sur un processus vraiment participatif (Toubin et al,. 2014) qui laisse une place à toute la diversité des acteurs (y compris celle pour les acteurs « réfractaires » aux stratégies imposées et de fait non reconnus (Rebotier, 2013). On reconnaît là l’imperfection des stratégies et la nécessaire reconnaissance de la variété des logiques d’acteurs et des intérêts personnels : on ne va pas vers moins d’incertitude, mais vers plus de savoirs différents (différentes façon de nouer le collectif, le vivre ensemble, les rapports à l’environnement) pris en compte dans les stratégies, et par conséquent d’avantage d’acceptation de leurs limites.

Structuration et organisation du projet

Le méta-projet permet de fédérer les compétences de chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (SHS) rattachés à quatre laboratoires de recherche : EVS (Lyon III), GRESEC et PACTE (Grenoble Alpes) et ESPACE (Avignon).

Chaque établissement a déposé un projet de manière séparée : le portage sous la responsabilité d’un seul chef de file aurait été trop complexe au regard des changements en cours dans certaines universités (pour l’université de Grenoble Alpes notamment). Les 4 projets (voir présentation des équipes et des WP) présentent une entrée et des dispositifs méthodologiques originaux et innovants mais qui sont complémentaires entre eux (figure 2).

CORESTART se structure autour d’un WP0 d’animation scientifique, piloté par le PARN, Pôle Alpin d’études et de recherche pour la prévention des Risques Naturels (pris en charge financièrement par le WP3). Ce fonctionnement doit assurer la transversalité de nos réflexions collectives et aboutir à la construction d’outils et à la production de livrables complémentaires (voir livrables). Des séminaires transversaux jalonneront le déroulement des projets pour impulser une dynamique de recherche partenariale et confronter les résultats obtenus dans une perspective de perfectionnement des outils développés. L’organisation d’un colloque final en fin de projet (juin 2022) assurera la valorisation des résultats auprès des acteurs locaux, allant au delà des modes de valorisation scientifiques classiques (participation à des colloques et articles scientifiques).

Figure 2. Structuration du méta-projet CoRESTART et liens entre les 4 projets déposés.



Citer ce billet
Co-Restart (2022, 7 mai). Projet. Co-RESTART. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n4sd

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search