E4 – SMARS – Avignon

Responsable du projet

Johnny DOUVINET, Maitre de Conférences HDR, Avignon Université, Géographie
mail : johnny.douvinet@univ-avignon.fr
tel : 04 90 16 25 16

Objectifs visés par le WP4

De manière plus spécifique, le WP4 (projet SMARS) se focalise sur les Smartphones et les Réseaux Sociaux Numériques (RSN) qui pourraient accroître la résilience face aux risques naturels et qui pourraient compléter, de façon positive, l’ensemble des dispositifs préventifs existants, notamment grâce à la dynamique des contenus partagés et aux interactions dont ils sont le support (Douvinet et al., 2015). Les échanges postés pendant ou après un sinistre sont désormais perçus de façon positive par tous, aussi bien les citoyens (qui maintiennent le contact avec une communauté), les services de gestion de crise ou de sécurité civile (qui trouvent un appui pour guider leur action), que les élus, avec les effets médiatiques qu’ils attendent des messages postés (Vieweg et al., 2010). Plusieurs pays (Etats-Unis, Philippines) utilisent déjà les RSN et les Smartphones pour alerter leurs administrés en cas de crises à venir et pourtant, les pratiques sont éphémères (dans l’espace et dans le temps), très diversifiées (dans leur forme et leur contenu) voire encore très balbutiantes (encore peu de pratiques systématiques dans le domaine des risques naturels) en France. 

Dans ce contexte, le projet SMARS se structure autour de trois objectifs majeurs :

  • Mieux comprendre la “prudence” associée à l’usage des Smartphones et des RSN dans le Massif des Alpes et dans le domaine des risques majeurs. La protection des données individuelles, le manque de crédibilité accordée aux informations mises en ligne par les citoyens et les verrous techniques sont les trois principaux facteurs de blocage évoqués. Les spécificités sociotechniques des RSN résident pourtant dans la dynamique des messages et dans l’information émise, qui sont le fruit d’imprévisibles échanges et d’interactions sociales dont ils sont les supports. 
  • Prendre en compte les spécificités locales des terrains de montagne + des populations qui y vivent dans les pratiques des RSN et des Smartphones. En effet, les populations et les acteurs doivent être à la fois préparés et formés pour être capables de bien appliquer les consignes de sécurité liés à des messages communiqués via ces outils, aussi bien en amont que pendant voire après la gestion de la crise. Cet élément est aussi crucial si on souhaite que les citoyens soient acteurs de leur propre sécurité face à des aléas hydro-climatiques naturels d’intensité remarquable (crues torrentielles, glissements de terrain, etc.).
  • Impliquer les acteurs du territoire pour une meilleure gestion intégrée des risques. Des outils expérimentaux seront testés et co-construits avec les citoyens / élus locaux (dans des communes expérimentales), ce qui aboutira à la réalisation de guides de recommandations déclinables dans d’autres territoires qui sont enclins à de telles pratiques. Ces éléments sont cruciaux pour préparer les acteurs des territoires alpins à gérer les crises et pour rendre les citoyens responsables de leur propre sécurité, notamment face à des aléas hydroclimatiques d’intensité remarquable (crues torrentielles, glissements de terrain, avalanches, tempêtes…).

Les résultats attendus sont pluriels. Il s’agit 1) de contribuer à faire progresser les connaissances sur les besoins émanant de la part des citoyens face à l’arrivée des Smartphones et des Réseaux Sociaux Numériques, 2) de fournir des résultats sur l’opérationnalité de telles technologies dans une logique préventive (trop souvent, les messages postés sont analysés après des événements et non en amont d’une crise), 3) de solidifier les liens entre une Politique de Gestion Intégrée des Risques Naturels (PGIRN) et les développements technologiques qui sont en constante évolution, 4) de faire avancer les méthodes d’analyse sur la portée des messages de prévention aux échelles locales (à la fois dans leurs caractéristiques de fond et de forme), tant d’un point de vue cognitif (compréhension, mémorisation des infos) que comportemental (intention, déclaration de comportements). Ce type de recherche trouve par ailleurs un écho important auprès des acteurs locaux qui voient là un apport opérationnel indéniable pour leurs propres travaux. Les services de sécurité civile se penchent sur ces questions depuis quelques années (colloque MSGU, convention avec #VISOV) et pourtant ils ne perçoivent pas les citoyens comme une plus-value pour leurs actions, préférant ne pas les informer d’une crise en cours pour éviter tout comportement inadapté. En “laissant” de côté les RSN, un réseau “parallèle” (citoyens / citoyens) pourrait se développer sans les services de l’Etat, et ainsi accentuer l’isolement des victimes aux échelles locales.

Membres impliqués dans le projet

Esteban BOPP, Doctorant, Avignon Université (Géographie, outils connectés, alerte), 5%

Alexia BOUFFEL, Avignon Université (gestionnaire du laboratoire, UMR ESPACE), 5%

Johnny DOUVINET, Maitre de Conférences HDR, Avignon Université (Géographie, risques, alerte), 25% (porteur du WP4)

Cyrille GENRE-GRANDPIERRE, Professeur, Avignon Université (Géographie, aménagement, réseaux), 5%

Béatrice GISCLARD, Post-doctorante 18 mois (mars 2018-août 2019) sur le projet, Avignon Université (Design, Psychologie, Géographie, individus, appropriation sociale), 60% sur la durée totale du projet

Loic GRASLAND, Professeur, Avignon Université (Géographie, fracture numérique), 10%

Lounis JOURNÉ, étudiant M2 6 mois (avril-septembre 2019), Université Toulouse Jean-Jaurès (Sociologie, politique environnementale), 20% sur la durée totale du projet

Mathieu COULON, Ingénieur d’études, Avignon Université CNRS (Sociologie, statistiques, géographie), 2%

Etudiants du CMI des promotions 2016-2017, 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020

Territoires d’expérimentation



Citer ce billet
Co-Restart (2022, 7 mai). E4 – SMARS – Avignon. Co-RESTART. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n4sr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search