E4 – SMARS – Avignon

Responsable du projet

Johnny DOUVINET, Maitre de Conférences HDR, Avignon Université, Géographie
mail : johnny.douvinet@univ-avignon.fr
tel : 04 90 16 25 16

Objectifs visés par le WP4

De manière plus spécifique, le WP4 (projet SMARS) se focalise sur les Smartphones et les Réseaux Sociaux Numériques (RSN) qui pourraient accroître la résilience face aux risques naturels et qui pourraient compléter, de façon positive, l’ensemble des dispositifs préventifs existants, notamment grâce à la dynamique des contenus partagés et aux interactions dont ils sont le support (Douvinet et al., 2015). Les échanges postés pendant ou après un sinistre sont désormais perçus de façon positive par tous, aussi bien les citoyens (qui maintiennent le contact avec une communauté), les services de gestion de crise ou de sécurité civile (qui trouvent un appui pour guider leur action), que les élus, avec les effets médiatiques qu’ils attendent des messages postés (Vieweg et al., 2010). Plusieurs pays (Etats-Unis, Philippines) utilisent déjà les RSN et les Smartphones pour alerter leurs administrés en cas de crises à venir et pourtant, les pratiques sont éphémères (dans l’espace et dans le temps), très diversifiées (dans leur forme et leur contenu) voire encore très balbutiantes (encore peu de pratiques systématiques dans le domaine des risques naturels) en France. 

Dans ce contexte, le projet SMARS se structure autour de trois objectifs majeurs :

  • Mieux comprendre la “prudence” associée à l’usage des Smartphones et des RSN dans le Massif des Alpes et dans le domaine des risques majeurs. La protection des données individuelles, le manque de crédibilité accordée aux informations mises en ligne par les citoyens et les verrous techniques sont les trois principaux facteurs de blocage évoqués. Les spécificités sociotechniques des RSN résident pourtant dans la dynamique des messages et dans l’information émise, qui sont le fruit d’imprévisibles échanges et d’interactions sociales dont ils sont les supports. 
  • Prendre en compte les spécificités locales des terrains de montagne + des populations qui y vivent dans les pratiques des RSN et des Smartphones. En effet, les populations et les acteurs doivent être à la fois préparés et formés pour être capables de bien appliquer les consignes de sécurité liés à des messages communiqués via ces outils, aussi bien en amont que pendant voire après la gestion de la crise. Cet élément est aussi crucial si on souhaite que les citoyens soient acteurs de leur propre sécurité face à des aléas hydro-climatiques naturels d’intensité remarquable (crues torrentielles, glissements de terrain, etc.).
  • Impliquer les acteurs du territoire pour une meilleure gestion intégrée des risques. Des outils expérimentaux seront testés et co-construits avec les citoyens / élus locaux (dans des communes expérimentales), ce qui aboutira à la réalisation de guides de recommandations déclinables dans d’autres territoires qui sont enclins à de telles pratiques. Ces éléments sont cruciaux pour préparer les acteurs des territoires alpins à gérer les crises et pour rendre les citoyens responsables de leur propre sécurité, notamment face à des aléas hydroclimatiques d’intensité remarquable (crues torrentielles, glissements de terrain, avalanches, tempêtes…).

Les résultats attendus sont pluriels. Il s’agit 1) de contribuer à faire progresser les connaissances sur les besoins émanant de la part des citoyens face à l’arrivée des Smartphones et des Réseaux Sociaux Numériques, 2) de fournir des résultats sur l’opérationnalité de telles technologies dans une logique préventive (trop souvent, les messages postés sont analysés après des événements et non en amont d’une crise), 3) de solidifier les liens entre une Politique de Gestion Intégrée des Risques Naturels (PGIRN) et les développements technologiques qui sont en constante évolution, 4) de faire avancer les méthodes d’analyse sur la portée des messages de prévention aux échelles locales (à la fois dans leurs caractéristiques de fond et de forme), tant d’un point de vue cognitif (compréhension, mémorisation des infos) que comportemental (intention, déclaration de comportements). Ce type de recherche trouve par ailleurs un écho important auprès des acteurs locaux qui voient là un apport opérationnel indéniable pour leurs propres travaux. Les services de sécurité civile se penchent sur ces questions depuis quelques années (colloque MSGU, convention avec #VISOV) et pourtant ils ne perçoivent pas les citoyens comme une plus-value pour leurs actions, préférant ne pas les informer d’une crise en cours pour éviter tout comportement inadapté. En “laissant” de côté les RSN, un réseau “parallèle” (citoyens / citoyens) pourrait se développer sans les services de l’Etat, et ainsi accentuer l’isolement des victimes aux échelles locales.

Membres impliqués dans le projet

Esteban BOPP, Doctorant, Avignon Université (Géographie, outils connectés, alerte), 5%

Alexia BOUFFEL, Avignon Université (gestionnaire du laboratoire, UMR ESPACE), 5%

Johnny DOUVINET, Maitre de Conférences HDR, Avignon Université (Géographie, risques, alerte), 25% (porteur du WP4)

Cyrille GENRE-GRANDPIERRE, Professeur, Avignon Université (Géographie, aménagement, réseaux), 5%

Béatrice GISCLARD, Post-doctorante 18 mois (mars 2018-août 2019) sur le projet, Avignon Université (Design, Psychologie, Géographie, individus, appropriation sociale), 60% sur la durée totale du projet

Loic GRASLAND, Professeur, Avignon Université (Géographie, fracture numérique), 10%

Lounis JOURNÉ, étudiant M2 6 mois (avril-septembre 2019), Université Toulouse Jean-Jaurès (Sociologie, politique environnementale), 20% sur la durée totale du projet

Mathieu COULON, Ingénieur d’études, Avignon Université CNRS (Sociologie, statistiques, géographie), 2%

Etudiants du CMI des promotions 2016-2017, 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020

Territoires d’expérimentation

E3 – I²PRI – Grenoble

Responsable du projet

Elise BECK, Maitre de Conférences, Université Grenoble Alpes, Géographie
mail : elise.beck@univ-grenoble-alpes.fr 
tel : 04 76 82 20 64

Objectifs visés par le WP3

L’information préventive constitue un axe primordial en matière de gestion intégrée des risques majeurs par la préparation, puisqu’elle permet de sensibiliser les populations et de développer leurs connaissances, améliorer leurs perceptions des risques auxquels ils sont exposés. Cette information préventive recouvre d’une part tout support d’information distribué réglementairement, d’autre part certaines initiatives prises localement.

Dans le cadre du projet de recherche-action I²PRI et suivant une approche multi-risque, on s’interroge sur les outils actuellement en vigueur en matière d’information préventive sur les risques naturels et sur leur mise en application à différentes échelles et selon différents types de processus dans les territoires alpins. Ces outils permettent-ils de modifier (d’améliorer) les connaissances et la diffusion d’une culture des risques? Comment mesurer l’impact de ces moyens d’information ?

Afin de répondre à ces questions, le projet I²PRI suit trois objectifs :

    Objectif 1 : Développer au sein d’un consortium pluridisciplinaire et interrégional un protocole d’étude scientifique pour mieux comprendre les impacts de l’information préventive sur les connaissances et perceptions des risques et sur la capacité à mobiliser les gestes adaptés en situation de crise ;

    Objectif 2 : Doter les collectivités territoriales alpines (régions Rhône-Alpes et PACA) d’un outil d’évaluation de l’impact de leurs actions d’information préventive sur les risques naturels qui leur permette, à plus long terme, de développer des outils efficaces et adaptés aux populations cibles.

    Objectif 3 : Appliquer cet outil d’évaluation, de manière expérimentale, sur deux régions cibles : l’agglomération grenobloise (espace urbain rhônalpin) et le pays du Grand Briançonnais (espace rural en PACA et territoire de gestion intégrée des risques naturels (GIRN))


Les résultats attendus sont pluriels. Il s’agit de :

  1. Proposer un outil innovant et transposable d’évaluation de l’impact de l’information préventive ;
  2. Mieux comprendre les processus de mobilisation des connaissances dans lequel les individus se trouvent placés lors de la prise de décision face à un événement extrême ;
  3. Mutualiser des compétences interdisciplinaires autour de publications scientifiques justifiant le choix de l’outil ;
  4. Permettre aux collectivités, à plus long terme, d’évaluer leurs actions d’information préventive et, ainsi, d’adapter leurs outils de sensibilisation des populations.

Lien vers le blog du projet I2-PRI : https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/co-restart-i2pri


Membres impliqués dans le projet

Céline LUTOFF, maître de conférences HDR, Université Grenoble Alpes (géographie)

Claire REVOL, maître de conférences, Université Grenoble Alpes (philosophie, géographie, approches artistiques)

Sarah DUCHÉ, maître de conférences, Université Grenoble Alpes (géographie, perception des risques, géomatique)

Isabelle ANDRÉ-POYAUD, ingénieur de recherches, CNRS-Pacte (statistiques)

Nicolas ROBINET, ingénieur d’étude, Université Grenoble Alpes (géomatique)

Audrey BORELLY, doctorante, Université Grenoble Alpes (géographie)

Aurélie ARNAUD, maître de conférences, Université Aix-Marseille (géographie, perception des risques, géomatique)

Delphine GRANCHER, ingénieur de recherches, CNRS-LGP (statistiques)

Emilie SIROT ; Louise AIMABLE ; Louise DALLONS ; Laetitia NEUVILLER ; Maëlle BANTON ; Franco CAROPRESO BEITIA ; Elene BLIN ; Lancelot BANSAC, stagiaires

David CHIONNE, ingénieur d’études contractuel en appui au projet (financement Labex DynamiTe)

Etienne JACQUEMET, post-doctorant, Université Grenoble Alpes (géographie)

Territoires d’expérimentation

E2 – COMMUNICARE – Grenoble

Responsable du projet 

Jean-Philippe DE OLIVEIRA, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Grenoble Alpes
mail : jean-philippe-de-oliveira@univ-grenoble-alpes.fr
tel : 06 49 26 27 65

Objectifs visés par le WP2 

Le projet de recherche COMMUNICARE (Communiquer et Organiser des stratégies coMMUNes pour l’Implication du publiC A propos des RisquEs) est porté par le Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC) et se structure autour de trois objectifs :

  1. Le premier objectif est de collecter auprès de nos partenaires institutionnels tous les outils mis en place dans le cadre de la sensibilisation et de la prévention des risques auprès des différents publics ces dernières années. Il s’agira également de réaliser une étude de l’environnement propre à chaque commune en termes de forces et de faiblesses pour établir les freins à l’adoption de comportements préventifs et les axes de la communication à envisager pour motiver de nouveaux comportements.
  2. A partir de premier diagnostic, le second objectif vise à identifier, en collaboration avec les publics cibles, leurs attentes et les leviers les plus à même de les sensibiliser à la réduction des risques, afin de proposer une stratégie de création et d’action la plus pertinente par rapport aux spécificités du territoire.
  3. Le troisième objectif est d’élaborer, à partir des données de terrain collectées auprès des habitants par une immersion sur leur territoire et des entretiens formalisés, des scénarii de développement socio-économiques adaptés à la fois aux enjeux liés aux changements climatiques et aux attentes de la population.

Lien vers le blog du projet COMMUNICARE : https://communicare.hypotheses.org/le-projet

Membres impliqués dans le projet 

Jean-Philippe DE OLIVEIRA, Maître de conférences, sciences de l’information et de la communication

Mikaël CHAMBRU, Maître de conférences, sciences de l’information et de la communication

Isabelle PAILLIART, Professeure, sciences de l’information et de la communication

Benoît LAFON, Professeur, sciences de l’information et de la communication

Laure STERCHELE, ingénieure d’études

Razika HAMMACHE, gestionnaire du laboratoire le GRESEC

Marianne CHABERT, Monica EL KHOURI & Rosalie REGNY, étudiants stagiaires

Territoires d’expérimentation 

E1 – ADAPT – Lyon

Responsable du projet

Pauline TEXIER, Maitre de Conférences en Géographie, Université Jean Moulin Lyon 3, Laboratoire EVS (UMR5600)
mail : texier81@gmail.com
tel : 07 87 60 65 37

Membres impliqués dans le projet

Pauline TEXIER, MCF, Université Lyon 3 – EVS (Géographie-Aménagement, résilience, transition écologique, construction des capacités, approches participatives)

Muriel MAILLEFERT, Professeur, Université Lyon 3 – EVS (Aménagement, urbanisme, durabilité des territoires, approche économique)

Marie AUGENDRE, MCF, Université Lyon 2 – EVS (Géographie, gestion des risques, représentations)

Marc BOURGEOIS, MCF, Université Lyon 3 – EVS (Géographie, SIG, quantitatif, modélisations)

Floriane CHOURAQUI, MCF, Université Tours – CITERES (Géographie, réduction des risques, géographie audiovisuelle)

Aurélie ARNAUD, MCF, Université Aix Marseille – LIEU (Géographie, représentation et perception des risques)

Chantal BERDIER, MCF, INSA Lyon – EVS (Génie Civile, Risques et développement durable)

Lise BOURDEAU-LEPAGE, Professeur, Université Lyon 3 – EVS (Géographie et Aménagement, inégalités socio-spatiales, bien-être et attractivité des territoires ruraux, indice)

Etudiants en géographie Lyon 3 :

  • Master (2019) : Alexis NIER (le rôle de la Réserve aux Contamines) et Zoé DICIACCA (les estrangères et le rapport à l’altérité à Ceillac),
  • L3 pour l’indice de Résilience : Raphael BLANC & Théo GERRER (2018), Solène BABY-JORGE & Stéphane PRESSON (2019), Guillaume JAN & Salomé BERTHIER-LAUMOND (2020), Thibault GRAS, Lorette GRAS, Clara SERPOL & Laura GUIHENEUC (2021), Léa LOVIN & Wissale LIHB (2023)
  • Master (2022) : Thibault GRAS (objectif : statistiques multivariées sur R (élaboration de profils communaux de résilience), rédaction des rapports et pistes stratégiques, colaboration avec RIScrises pour la mise en ligne du SIG et des résultats de l’indice, Animation d’une équipe-projet pour la valorisation et la transmission des résultats aux territoires.)

Merci à toute l’équipe !!

Et à ……

… nos partenaires :

  • Contamines-Montjoie (mairie des Contamines : Antoine BOISSET (élu à l’environnement, 2018-2021) & Thierry MIRABAUD (élu aux finances, 2018-2020), Michel BELIN (4ème adjoint, élu aux finances et patrimoine, 2021-2022) et Bertrand DOLIGEZ (conseiller municipal, 2021-2022).
  • Ceillac (mairie de Ceillac : Michel CHAVROT et Christian GROSSAN (2018-2021), Emile CHABRAND et Jean-Louis ROMETTE (2021-2022).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search